Présentation

Pourquoi le Sud Trial à l’Ancienne Tour ?

La pratique le trial avec des motos d’un autre âge est née en 1981, une poignée d’amateurs faisait rouler des motos anglaises… c’était très confidentiel. En 1998, le trial à l’ancienne s’est structuré et un Trophée national a vu le jour sous l’égide de l’Ufolep.

En 1999, le trial à l’ancienne s’implante dans le sud… se basant sur l’extraordinaire réservoir de motos et de pilotes. Le succès est immédiat et pendant 7 ans le trial rétro va avoir ses manifestations mais à part une ou deux épreuves, il n’y a rien d’organisé permettant aux amateurs d’échanger sur des valeurs propres aux « Sud ».

Dans toutes les régions du « Grand Sud » les amateurs existent mais il manquait des événements permettant de se réunir autour de notre passion. Le « STAT » répond à cet objectif, les échanges sont la priorité… le plaisir d’être ensemble une forte motivation, rouler et être confronté à des nouveaux pilotes un challenge, et enfin partager les traditions, le terroir de chaque région accueillant les étapes du Stat en toute convivialité, un régal. Depuis trois ans, le STAT se développe, il dépasse le sport… c’est un condensé de valeurs propres à notre fédération : l’Ufolep !

Focus sur le « STAT »

Chaque grande subdivision de l’histoire du trial se retrouve dans le STAT… et les amateurs se retrouveront dans l’un des catégories.

Les Pré 65 : On rencontre les premières motos du trial… essentiellement des motos anglaises mais aussi françaises (Motobécane)… il est impressionnant de voir en action ces machines et leurs pilotes d’une maestria déconcertante.

Les Pré 80 : L’âge d’or de la discipline est la décennie des années 70… l’explosion de la société des loisirs et de la liberté s’est matérialisée aussi par l’essor de la moto et notamment TT à travers le trial. L’industrie ibérique a été au firmament avec des marques comme Bultaco, Ossa et Montesa…

Les Post 80 : Période de l’apogée des pilotes français et des motos italiennes… plus performantes, plus spécialisées, elles sont la dernière étape avant l’arrivée de la première révolution technique : le mono amortisseur.